En cliquant sur les onglets ci-dessus, vous pourrez retrouver les souvenirs de la venue de Michel Butor à Mons-en-Barœul le samedi 5 mars 2011 (Le retour dans sa maison natale, l'hommage à la Maison Folie du Fort de Mons et des moments émouvants avec notamment un vivat flamand et la découverte de l'iPad lors d'un repas à l'Hamadryade de Villeneuve d'Ascq). Le samedi 5 mars après midi Michel Butor a inauguré au musée Sandelin à St Omer une exposition qui lui était consacré (onglet St Omer). Nous avons ajouté les émotions du 18 mai 2012 à Mons (restaurant du Fort, découverte de la bibliothèque et vernissage dans la salle d'exposition du fort) et le lendemain lors d'une visite privée au musée de la piscine de Roubaix et son intervention à la médiathèque l'Odyssée à Lomme. Merci au groupe des amis de Michel Butor qui a permis à Michel Butor de retrouver sa ville natale.

" À l'écart " la maison de Michel Butor

Quand on parle de Mons-en-Barœul, à propos de Michel Butor.

Un article d'Alain Cadet paru dans la Voix du Nord du vendredi 2 février 2018.



Michel Butor devant sa maison natale du 139 rue du Général-de-Gaulle.

Michel Butor, né à Mons en 1926, est décédé en août 2016. Sa maison de Lucinges, en Haute-Savoie, vient d’être rachetée par la communauté de communes d’Annemasse pour y développer un projet culturel.   Les responsables du projet ont été intrigués par la présence d’objets faisant référence à Mons-en-Barœul. 

Michel Butor était un grand voyageur. Il a exploré des univers littéraires inconnus, comme le Nouveau Roman dont il fut l’une des figures tutélaires. Mais, c’était aussi un globe-trotter impénitent. Pour rencontrer l’écrivain, il fallait s’y prendre un ou deux ans à l’avance. On le savait au Japon, aux États-Unis, en Afrique, en Amérique du Sud et, soudain, comme par enchantement, il réapparaissait du côté de la rue du Général-de-Gaulle. Cet événement se produisit le 5 mars 2011. Michel Butor, après 80 ans d’absence, redécouvrait l’endroit qui l’avait vu naître. « Je suis ému, mais je fais en sorte que cela ne se voie pas » avait-il glissé milieu de la foule des curieux qui se pressaient au nº139, ce matin-là.

Une valise remplie de cadeaux

L’écrivain avait été bien reçu par la propriétaire actuelle, Véronique Canivet, ancienne élève des Arts Décoratifs de Paris et fine connaisseuse des œuvres de l’écrivain critique d’art, Michel Butor. Ensuite, le maire lui avait offert une magnifique aquarelle de la maison, réalisée par Eugène Kwiatkowski, un grand talent monsois. Enfin, il y avait eu un spectacle et une petite fête au Fort.



La valise remise à Michel Butor lors de sa venue dans sa ville natale figure parmi les nombreux souvenirs de ce grand voyageur dans sa maison de Lucinges.

Alors, les Amis de Michel Butor avaient remis à l’écrivain-voyageur une valise réalisée par le poète plasticien Parviz Lak. Bien qu’elle fût en carton, elle avait tellement bien été décorée qu’il s’en dégageait une grande poésie. À l’intérieur, comme dans un inventaire à la Prévert on trouvait : les petits blocs-notes dans la marque que Michel Butor à utilisée toute sa vie, des livres d’histoire locale, les journaux annonçant l’événement du jour, un portrait de l’écrivain, réalisé tout spécialement par François Boucq, un livre manuscrit avec beaucoup de photographies racontant l’histoire de la rue et, collés à l’intérieur, les copies des extraits de naissance et de baptême datant de 1926.

Un lieu de résidence pour les jeunes écrivains

Désormais, la communauté de communes d’Annemasse veut acquérir, à l’aide d’une souscription tous les livres et objets familiers. Ainsi, ce lieu si bien nommé, « À l’écart », pourra rester semblable à ce qu’il était du temps de la vie de l’écrivain… avec l’aquarelle du nº 139 et la valise garnie. Il deviendra, une sorte de musée de la littérature en même temps qu’un lieu de résidence pour de jeunes écrivains.

« Les écrivains nous invitent à chercher dans les maisons qu’ils ont habitées le secret de leur œuvre », a écrit Michel Butor. A. C. ( CLP)